35790971_10156418775317071_8260894218285744128_n

Explosion Industrielle chez AK2 : les angevins en quarantaine

by / Aucun commentaire / 8 Vue(s) / 20 juin 2018

Une violente explosion s’est produite ce mercredi 20 juin 2018 aux alentours de 16h sur le site chimique hautement sensible de l’usine AK2 aux Ponts-de-Cé. 4 pompiers blessés dont 1 grave sont actuellement à déplorer. L’ensemble des salariés à été évacué mais la population avoisinante reste menacée.

 

Des fumées irritantes ont donné l’alerte en début d’après-midi. Elles ont précédé la violente explosion qui s’est produite dans un atelier de formulation de l’entreprise chimique AK2. Les pompiers sont intervenus rapidement sur le site et les salariés ont été évacués. Cependant, 4 pompiers ont été blessés dont 1 se trouve toujours dans un état grave. Ils ont été pris en charge par le CHU d’Angers, tout comme les 8 blessés du carambolage intervenu sur l’A87 à proximité de l’usine à cause des fumées émises.

A l’heure actuelle, le fragile équilibre du bâtiment et la non maitrise du feu intensifient la menace qui pèse sur la population environnante. La situation est alarmante. En effet, l’usine AK2 est classée seuil haut Seveso, ce qui signifie que des risques technologiques et chimiques sont majeurs sur ce site. Ils peuvent entraîner des conséquences immédiates graves pour le personnel, les populations avoisinantes, les biens ou l’environnement. Toutes ces entreprises doivent faire l’objet d’une stricte surveillance de la part de la direction et des autorités publiques.

 

La population demeure sans réponses de la part de l’entreprise AK2

A la suite de la propagation de la fumée irritante, des riverains se sont plaints. Esther, mère de famille, témoigne de son inquiétude : « je suis très inquiète, je vois de la fumée, je n’arrête pas tousser, j’ai les yeux qui piquent ». Le silence de l’entreprise AK2 amplifie ses préoccupations : « on ne nous donne aucune consigne », « on attend des réponses ». S’ajoute à cela l’appréhension pour les parents. Ils ignorent quand ils pourront revoir leurs enfants, calfeutrés à l’école primaire des Ponts-de-Cé auprès des enseignants. Les habitants des communes des Ponts de Cé et d’Angers (quartier Madeleine Saint Léonard) ont pour ordre de la Préfecture et de la gendarmerie de rester également confinés chez eux.

 

Un accident « prévisible » selon un ancien salarié de l’usine

Jean-Marc Durançon, qui a travaillé sur le site pendant plus de 25 ans, témoigne. Selon lui, depuis son arrivée en poste au service des méthodes, « les mesures de sécurité n’étaient pas toujours appliquée » ni « mises en place de manière rigoureuse ». Il en vient à affirmer que « l’accident devait se produire ». L’homme, qui est aussi un riverain vivant à proximité du site AK2, a annoncé lors de sa prise de parole qu’il n’était pas étonné d’une telle situation. A ce propos, la directrice de l’entreprise Sabine Maldague est restée silencieuse sur un élément historique du site. Un audit réalisé par la DREAL avait identifié un problème antérieur or ce dernier n’a jamais été solutionné.

A propos de l’entreprise AK2 : Le groupe AK2, au CA de 5 Milliards d’euros, est spécialisé dans la formulation de produits ménagers. L’usine implantée au Ponts-de-Cé est constituée de 121 salariés.