etude-ogilvy

Le Reach Organique de Facebook s’érode encore et toujours

by / Aucun commentaire / 20 Vue(s) / 17 mars 2014

Une étude menée par le célèbre groupe Ogilvy met en exergue les carences actuelles du Reach Organique sur le réseau social Facebook. La taille de l’échantillon est assez importante pour que les conclusions soient prises au sérieux. En voici la substantifique moelle, un conseil : Restez assis.

Un Reach Organique qui a perdu toute sa valeur, ou presque

L’étude réalisée par Ogilvy tire une conclusion sans appel au sujet du Reach Organique. Après avoir passé au crible plus de 100 pages « J’aime » de tailles différentes et avoir analysé l’activité de plus de 48 millions de fans, le Reach Organique ne devrait pas tarder à atteindre le niveau 0 sous peu.

En effet, entre le mois d’octobre 2013 et le mois de février 2014 (soit « seulement » 5 mois), le Reach Organique est passé de 12 % à 6 %. Cette baisse de 50 % n’est qu’une moyenne puisque les pages les plus suivies ont vu leur Reach Organique passé de 4 à 2,11 %… En somme, plus la page est importante, plus le Reach « naturel » est faible.

L’achat média comme seule alternative pour conserver de la visibilité ?

Depuis des années, voire des mois, les marques dépensent des budgets de plus en plus importants pour être visibles sur les réseaux sociaux, et principalement sur Facebook. Le fait que la construction d’une communauté ait un coût n’est pas étonnant, toutefois, la perte de contrôle de ses publications naturelles est un manque à gagner conséquent.

Certains n’hésiteront pas évoquer un manque de fair play de la part de Facebook… La seule solution encore existante resterait d’acheter des campagnes pour tenter de « rentabiliser » les investissements passés. Facebook est en train de « déposséder » les marques de leur communauté…

Un exode vers Google+ pour retrouver une visibilité perdue ?

Suite à de telles conclusions, le groupe Ogilvy n’hésite pas à indiquer qu’il peut être pertinent de changer de plateforme en concentrant ses efforts sur Google+. Toutefois, repartir de 0 pour construire une communauté demande d’importants efforts (savoir-faire, financier, temps, humain). Les Community Managers doivent donc se poser les bonnes questions afin de tirer le meilleur de chaque réseau social…