cloche-Big-Ben-symbolise-ville-Londres-cessera-sonner-partir-21_0_729_498

Suite AK3 : « C’est le prix à payer »

by / Aucun commentaire / 9 Vue(s) / 21 juin 2018

Ce matin, notre envoyée spéciale a rencontré M. Péron, membre du Comité de Direction, au siège de l’entreprise AK3 à Londres.

Ce dernier nous confie que leur stratégie a toujours été de responsabiliser leurs différentes entités. Suite aux accidents de la veille, le siège a donc pris la décision de ne pas intervenir directement dans les prises de décisions concernant les sites des Ponts-de-Cé et de Saint Nazaire. À la suite de la destruction complète d’un des ateliers de l’usine chimique située au Ponts-de-Cé, le siège est en coordination régulière avec la direction du site et organise plusieurs points de situation. Le plus important est notamment celui qui s’est déroulé dans la matinée, lorsque la Directrice du site s’est déplacée au siège de Londres pour rencontrer le Comité de Direction.

Ce dernier a pour responsabilité l’arbitrage final des décisions prises ainsi que la gestion de l’aspect financier suite au rappel de tous les produits Ammonix. Ce rappel a été fait avec l’accord du siège mais aura pour conséquence de faire perdre plusieurs millions d’euros à l’entreprise qui a pour chiffre d’affaires, 5 milliards d’euros en 2017. Les actionnaires ont été mis au courant de ce fait plus tôt dans la matinée. Pour M. Péron, « C’est le prix à payer pour assumer nos responsabilités ». Plusieurs membres du Comité de Direction ont pris la décision de venir rencontrer les autorités en charge de l’enquête administrative à Angers. Ils fournissent aussi des ressources supplémentaires en terme d’expertise avec l’envoi de plusieurs membres qualifiés en chimie et produits toxiques.

M. Péron affirme néanmoins que l’entreprise reste confiante sur la qualité de ses produits et fournira les résultats des différentes analyses une fois ces derniers reçus.