Twitter et sens critique

Twitter : Les jeunes ne sont pas si crédules

by / Aucun commentaire / 6 Vue(s) / 20 mai 2014

Contrairement aux idées reçues, voire à certaines légendes urbaines, les jeunes ne seraient pas aussi crédules face au déferlement d’informations présent sur le réseau social roi en matière de micro-blogging, à savoir Twitter. Une récente étude menée par des étudiants de l’Université du Michigan nous en apprend plus à ce sujet.

Cela représente une bonne nouvelle étant donné la vitesse à laquelle les données circulent sur internet. Les exemples de scams et de tentatives de Phishing ne manquent pas, sans oublier les faux comptes (celui du Pape lui-même) et les comptes piratés (Associated Press récemment).

Twitter : un nid à rumeurs et à fausses informations ?

Comme le dirait votre papy préféré d’un ton patriarcal : « Le tout, c’est de faire la part des choses ! ». Autrement dit, le fait de faire appel à son esprit critique peut parfois permettre de ne pas être « trop » crédule. Bien évidemment, à mesure de 5 900 tweets par seconde (504 millions par jour), il est parfois difficile, lors de la lecture de son feed de faire immédiatement la part des choses. Dans ce cas, une double, voire une triple vérification peut être pertinente afin de ne pas reprendre une information sortie de la cuisse de Jupiter.

N’oublions pas qu’il y a peu, certains médias (italiens notamment) avaient repris des informations émanant du très séries « LeGarofi » (!). Face à de telles anecdotes, il est complexe d’éluder le sujet de la désinformation (satirique ou non) sur les médias sociaux. Quand bien même, les jeunes ne sont pas aussi innocents face à la lecture de certains tweets, merci le Michigan !

Une étude menée avec méthodologie

Pour en avoir le cœur net, une série de 50 images relative à un vol de voiture a été montrée à 96 étudiants. Ensuite, une quarantaine de lignes qui narraient les faits ont été divulguées. Alors qu’une partie des étudiants avait accès à l’information brute, une autre partie disposait des mêmes données mais sous forme de tweet (présence du fond bleu de Twitter et du logo du réseau). Parmi les phrases descriptives du « vol », toutes étaient correctes sauf 6 d’entre elles. Le but du jeu était de trouver celles qui étaient justes.

La conclusion est que tous les étudiants du premier groupe ont cru toutes les phrases descriptives, alors que ceux du deuxième groupe ont été beaucoup plus sceptiques quant à la véracité des faits. Ces derniers ont même réalisé d’autres recherches pour trier le vrai du faux.

Un esprit critique bien présent chez les jeunes

Clairement, le résultat de cette étude est particulièrement positif. En effet, les médias eux-mêmes, mais aussi les hommes politiques mettent souvent en avant le manque de sérieux des informations diffusées sur les réseaux sociaux. Concernant ces étudiants, le bilan est donc satisfaisant. Il serait d’ailleurs intéressant de réaliser la même étude sur un groupe plus important qui ne se cantonnerait pas aux « Jeunes ».